Selon le dernier rapport mondial sur le développement humain du PNUD, le phénomène de la boulification aurait connu une augmentation de 2% en 2004, soit une hausse de plus de 14% par rapport à 1994. Ces chiffres ont tout pour inquiéter, d'autant plus que comme le dit Philippe Mouron du CNFPT: « La gestion d'une piscine ne consiste plus à placer un maître nageur devant un couloir de natation avec un filet ». De là à dire que l'adhésion de la Turquie ne ferait qu'empirer les choses il n'y a qu'un pas, que le Medef refuse pourtant de franchir, rappelant que  « aucun diplôme n'a été épargné par la hausse du chômage ». Si on met un instant de côté les gauchistes qui regardent des films iraniens sur arte, il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui, un chinois sur deux avoue avoir déjà vu un ami, ou un proche se boulifier.

« Au début, je me boulifiais qu'une seule fois par mois. Ensuite, c'était une fois par semaine.. et maitenant, je me boulifie plusieurs fois par jour. j'ai du arrêter l'école. je ne vois plus mes amis, et ma copine m'a plaqué » confesse Huang min, qui reste convaincu de la responsabilité du gouvernement dans cette escalade à la boulification.

Une explosion de la boulification qui inquiéte les français.